Il ne fut pas simple d’aimer.

Il ne fut pas simple d’aimer.

 Pas simple de faire taire en nous le bavardage des ombres. 

Toutes nos paroles n’y pouvaient rien. Chacun veut des mots qui délivrent. Chacun attend qu’on lui pardonne.

 Chacun porte sa nuit dans les poumons et dans la gorge. 

Chacun guette la fin du voyage en trainant sa valise vers des chambres d’hôtel. 

Et quand à bout de force il s’endort seul au milieu des rires et des rêves des autres, il entend battre son cœur noir.

Jean-Michel Maulpoix

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s