Ton coeur ne ressent rien

Et l’échec du renard

Avec sa rose

Ne prouve rien

Même pas l’existence des princes

Mais à peine.
Ton cœur ne ressent rien

Tes jambes ne s’écoutent guère

Peut-être tes genoux

Peut-être ta bouche

Et ses remparts de rigueur

Et ses lichens de tendresse

Et par-dessus tout

Les mots que tu ne m’as

Jamais dits.

Texte© Pascal Sauvaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s