Ma vie est à l’image d’un voilier

Ma vie est à l’image d’un voilier, aux voiles déchirées et trouées, lacérées par la traversée.
Heureusement, Seigneur, j’ai su que je n’y étais pas seul : tu avais embarqué avec moi !

Humainement, j’ai tout perdu, tout raté : ma profession, elle a si vite tourné court. Ma place dans la société : j’avais étudié et travaillé pour qu’elle soit belle, l’avoir, l’argent que je devais gagner pour ma famille. Il y a si longtemps que je n’ai plus de rendez-vous avec  » le faire ou le réaliser  » !

A défaut de faire et d’avoir, je me contente d’être avec toi, confiant dans ta sollicitude, d’être joyeux de ta joie, heureux de toute rencontre qui m’enrichit, d’être amoureux, malgré tout, de la vie, d’être un chercheur inlassable du côté ensoleillé, des petites choses de la vie.

Au fond, Seigneur, je ne suis pas malheureux, un certain bonheur m’habite, un bonheur certain. Je crois qu’il vient de toi et de tout coeur, je t’en remercie.

François-Xavier Lecloux
Ce père de famille de 4 enfants, ingénieur, a été atteint de sclérose en plaques pendant 40 ans ; il dictait ses textes à son épouse. Ce texte a été lu par son fils à ses funérailles

J’aime ·  ·  
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s