Je n’étais qu’une fille mais j’étais si belle 
Enfin c’est ce que chaque fois tu me disais 
Tu as voulu ma main et on te l’a donnée 
Ton orgueil satisfait, tu m’as donc oubliée. 

Tu étais mon mari alors je t’ai aimé.
Je t’ai donné mon corps, je t’ai donné mon cœur
Mais tu es resté sourd et je n’ai rien pu faire.
Tu m’as fait des enfants que tu n’as su aimer.

Et nous avons vieilli, c’était inévitable.
Plus une seule fois tu ne m’as regardée.
J’avais besoin de toi mais tu étais aveugle.
Et tes jeunes amantes j’ai du supporter.

J’aurais eu beau prier tous les dieux de l’amour,
Tous les dieux de l’enfer et aussi tous les autres.
J’aurais eu beau toujours cultiver ma tendresse,
Te couvrir de baisers, même mourir pour toi!

La vie fut ainsi faite et j’étais trop fragile.
Je n’étais qu’une femme et toi bien sûr un homme.
Juste avant cette guerre je t’ai supplié.
Tu as simplement dit que j’étais une idiote.

Je t’aime encor tu sais, mais ne peux plus le dire.
Je te vois revenir mais ne peut t’accueillir.
Notre intendant t’annonce la tristesse nouvelle
Et je te vois pâlir et perdre l’équilibre.

Je te vois traverser notre belle demeure
Tu arrêtes les femmes, demandes après moi.
C’est trop tard mon amour, tu m’aimais donc un peu.
Je peux partir en paix, je t’attendrai là-haut

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s